• Maitre mosaiste incontesté sur la place internationale - Verdiano Marzi

    Verdiano MARZI tient sa solide formation artistique de Ravenne, sa ville natale, et des Beaux-Arts de Paris, où sa rencontre avec Riccard Liccata en 1974 est déterminante pour la suite de sa carrière de créateur de mosaïque contemporaine. Auteur de nombreuses mosaïques monumentales, il s’exprime aussi avec talent dans la sculpture.
    Il enseigne la mosaïque en région parisienne depuis 1975 et à Paray le Monial. Il a créé, et anime depuis 1994, l’atelier « L’Image fragmentée, la mosaïque » du Musée du Louvre, destiné au jeune public et aux adultes.
    Son livre « Secrets d’atelier : la mosaïque » a été publié chez Solar en 2005.
    Il a reçu le Prix du Premio Murano, concours international sur l'art du verre à Venise, en 1987, et le Grand prix régional des Métiers d'art à Paris en 1990.

      Ce maître-mosaiste, chaleureux, généreux, sans oublier mais cela va sans dire, talentueux, nous prodigue une réelle leçon de vie à chaque rencontre, pleine d'optimisme et d'émerveillement..
    Sa réflexion et son observation sur le temps qui passe en sont un parfait exemple : « Avec le temps qui passe, j’ai le sentiment d’être imprégné de strates sédimentées d’énergie, d’émotions, de craintes, de passions, de désirs. De plus en plus explicites, ces sédiments affleurent dans mon œuvre. Le premier, j’entrevois le monde minéral, magique, enfermé depuis des millions voire des milliards d’années, je taille dans les couches de cette vie si lointaine et les assemble avec des pâtes de verre de fabrication plus récente. Un mariage pour l’éternité. C’est la mémoire du geste habile qui, malgré l’inévitable manque d’élégance de l’acte de rompre, dévoile ces tesselles : minuscules et infinis microcosmes de matière mystérieuse qui semblent ressusciter. Le geste, encore, dispose ces microcosmes, suivant un langage entre la forme et la lumière, indissociables. Petites superficies polychromes ou grandes étendues comme des plages ou des océans sans fin, opaques ou transparentes, translucides, les tesselles se métamorphosent dans l’ivresse de la lumière. Image essentielle, relative et fragile sous l’épaisseur d’une apparente force, la mosaïque est un hommage à la lenteur. »

                                              

      Triptyque - Vol, Soleil, Chute d’Icare de Verdiano Marzi


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    FION
    Mercredi 17 Mars 2010 à 07:47
    Magnifique
    J'adore faire de la mosaîque, en ce moment je fais l'emblême de notre ville de JOINVILLE en Haute Marne 52300, avec de miniscule petits morceaux avec de la mosaîque de BRIARE. Je regrette infiniment de ne pouvoir y assister. J'espère que vous m'enverrais des photos. Merci et bon courage pour votre stage. ros56.
    2
    gregoris
    Samedi 10 Avril 2010 à 14:36
    la mosaique
    je prepare un travail sur la mosaique (exposé lu avec presentation de photos et documents)mon pere a fait l'école mosaique de spilimbergo.suis preneur d'infos et doc.merci d'avance.
    3
    SALVI
    Samedi 10 Juillet 2010 à 20:00
    Amitiés
    Verdiano, Mon ami, mon copain, l'artiste humaniste et généreux que tu es : la vie fait que l'on ne se voit plus. Enfin, moi je te vois à chaque instant quand je suis chez moi: en regardant les murs de notre appartement avec Marie-Christine. Tu es un Homme généreux, cultivé, amical, ARTISTE, ... tu me manques. Je t'embrasse. Fabien
    4
    Irene Barbosa
    Lundi 30 Août 2010 à 21:04
    PLus de techniques
    J'adore faire de la mosaique mais je ne connais pas beaucoup de techniques. Comme le montage en contreplaqué et le polystyrène du corp de l'oiseau que vous avez crée sur votre livre "Secrets d'ateliers". Pourriez-vous m'indiquer ou je pourrais obtenir plus de cette technique sur un autre livre ou autre choses? J'habite au Canada. Mes un jour je rêve d'aller en France pour prendre des cours avec vous.l Merci! Irene
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :